MERCI car cette page a été vue :

lundi 4 novembre 2013

Cette hiver, skiez "made in Isère"


Rapprochement de l'entreprise DBC ( DURET ) et BLACKSMITH



Flachères, son clocher, ses 508 habitants et sa fête du navet, dimanche prochain. Mais aussi, depuis 2012, ses deux marques de planches de glisse sur neige “made in Terres froides”.
Plus précisément ? C’est un nouveau départ qui a été offert par l’entreprise DBC aux skis et monoskis Duret ainsi qu’aux skis et snowboards Blacksmith. Après diverses évolutions, les voilà produits dans un vaste atelier où ils côtoient d’autres activités du groupe Experton-Revollier. Sur un marché où la fabrication française n’est parfois qu’une illusion, le choix détonne et étonne.

2 000 pièces pour l’hiver

Pourtant, « le savoir-faire est là depuis plus de 20 ans, on sait de quoi on parle », indique Thomas Vaujany, directeur de production de DBC. Au milieu des presses, des fibres techniques, des gabarits destinés aux différents modèles, des réserves de noyaux en bois façonnés sur place ou des semelles et autres carres des meilleures qualités, cinq salariés s’appliquent à créer des jouets à plaisir. En intégrant la production en sous-traitance pour « d’autres marques européennes », sans plus de précisions, « environ 2 000 pièces, tous types de produits confondus, auront été conçues pour cet hiver ». Rayon gammes, Duret, maison fondée dans les années 1920 et référence du “mono”, propose 7 modèles de skis et 14 de monoskis, depuis les pistards nés pour tailler de la courbe jusqu’aux planches de freeride et aux démesurés “Monstre fat” (177 mm sous chaque pied côté skis), pour ceux qui ont leur cabane au Canada. Blacksmith, créée en 1995, se concentre principalement sur le segment freestyle, avec 3 skis et 6 snowboards à l’affiche pour batifoler dans les parks ou la poudreuse. En comptant les différentes tailles, ce sont 60 références qui sont disponibles pour cet hiver.

« Être très réactifs »

« Ça fait beaucoup pour un atelier de cette dimension-là. Notre force, c’est d’être très réactifs pour jongler sur différents produits, ce qui nous permet de mettre en œuvre toute notre expérience », souligne Thomas Vaujany. Blacksmith propose par ailleurs aux passionnés de personnaliser les produits pour obtenir des skis et snowboards uniques.
À défaut d’en dire plus sur les chiffres-clés de la structure, le responsable indique que Duret et Blacksmith sont relancées dans une phase de développement. Lequel s’appuie essentiellement, pour l’heure, sur un réseau de connaissances alpines, sur la vente directe sur le web et sur un magasin exclusif à Boëge (Haute-Savoie).
Par François DELESTRE


Enregistrer un commentaire